La nuit avec Mégane.

Un rendez vous par messagerie? .. non, pas la peine, mieux vaut la surprise. Ne rien pogrammer… Juste le hasard … comme pour une premiere rencontre.. du genre , “ il était une fois”, et voila que “ la fois “ se répète en longueur… On s’habitue sans jamais se lasser.

C’est etrange tout a commencer un soir..

Souvent, les meilleurs histoires commencent la nuit, avec ou sans étoiles. A croire que la nuit rapproche les êtres. Comme si les sentiments qui

(suite…)



Quand tu me couvres.

allongée sur moi
tu me réchauffes de ton corps
tu te mires au fond de mes yeux
je plonge dans les tiens
tes cheveux coulent parfumés
le long de tes joues
ils viennent chatouiller mon cou
tes seins
lourds et beaux
s’offrent à moi
je les prends dans mes mains
les masse avec douceur
ils sont mous et tendres
tu te baisses amoureuse
pour te rapprocher
ton regard brille
ton visage s’éclaire
d’une moue enjôleuse
tes seins qui pendent
comme des fruits murs à une branche
se frottent contre mon torse
je les serre l’un contre l’autre
pour mettre en évidence
ton sillon mammaire
si prononcé et sensuel
mon excitation parvient à son comble
de mes lèvres
j’effleure tes mamelons pointus
en allant de l’un à l’autre
puis je les ramène l’un contre l’autre
pour les saisir d’un même baiser
je les fais vibrer de ma langue
et voilà que tu te cambres
et qu’en glissant tes hanches
comme si tu me prenais par la main
chez toi tu me fais entrer
dans la chaleur de ton intimité
nos yeux se croisent
tu me chevauches en me fixant
tu vas tu viens
avec joie et jouissance
tu m’embrasses partout
et me conduis au paradis
je ne sais plus où je suis
et voilà qu’ensemble
tous les deux
nous sommes secoués
de la tête aux pieds
d’un indicible frisson
qui nous ébranle et nous réjouit
la vague fougueuse
se retire lentement de la plage
nous laissant épuisés
nous restons ainsi en silence
sans bouger
unis l’un à l’autre
pour nous redire sans un mot
je t’aime à la folie



La première nuit.

nous étions l’un et l’autre
très intimidés
nous nous sommes glissés
en nous tenant par la main
dans la pénombre de la chambre
à la fois heureux
à la fois troublés et inquiets
chacun dans notre coin
nous tournant le dos
nous nous sommes rapidement
déshabillés
pour vite nous retrouver sous le drap
à nous embrasser
nos regards furtifs
nous rendaient encore plus nus
nos mains découvraient
le corps de l’autre
je fus ébranlé
quand tu décelas mon trouble
et que tu commenças à m’exciter davantage
moi je caressais ta peau fraîche et lisse
j’arpentais ton corps
je longeais tes cuisses
qui peu à peu m’invitaient
à plus d’audace
en s’écartant de façon presque imperceptible
mais je n’osai craintif m’aventurer
et pousser plus loin l’exploration
mais si impérieuse se faisait l’invitation
que je finis par y engager une main
pendant qu’en même temps
tu continuais à serrer tendrement
l’hommage que te rendait mon corps
de mes doigts
je fis avec lenteur
le court chemin
qui me conduisait à ton sillon
sa moiteur au parfum musqué
me rendit plus hardi
et je frottai avec douceur
la perle que je venais d’y découvrir
ainsi que les berges de ta source
qui frémissait
un doigt indiscret
sonda ta fente
et tu répondis à cette intrusion
en ondulant des hanches
nos corps en demandaient encore
encore davantage
mais presque en même temps
d’un commun accord
nous avons murmuré
restons-en là pour ce soir
et nous nous sommes endormis
dans une merveilleuse sensation
de bonheur et de bien-être
enivrés d’affection



Le premier matin.

la clarté tamisée de l’aurore
qui filtrait à travers les volets
nous réveilla en même temps
la joie irradiait
de nos regards complices
sourire de l’aube sur tes lèvres
baisers affectueux
j’enfonçai mes doigts dans tes cheveux
tu encadras mon visage de tes mains
comme pour en fixer à jamais l’image
nous nous appartenions un peu plus
tous les deux
je déposai ma tête sur ta gorge
et titillant tes mamelons de mes doigts
je les voyais se raidir
bientôt nous reprenions nos ébats
là où la veille nous les avions laissés
déjà nos corps nous étaient plus familiers
on en connaissait les principaux sentiers
nos chairs furent vite à se manifester
te servant d’une main tu me guidas
là où tu voulais que j’entre en toi
quelle douceur que de pénétrer
dans cette moite ouverture
chaude comme un cocon
nous restâmes ainsi un moment sans bouger
à nous contempler l’un à l’autre unis
bonheur de nous faire languir
de déguster avant d’engloutir
l’un à l’autre
moi en toi
toi autour de moi
une vague berceuse
venue de la mer
nous fit tanguer
d’abord si calmement
que le tangage distillait à petites doses
des sensations encore inconnues
elles se répandaient partout
partout en moi comme en toi
puis les vagues se firent plus fortes
un roulis nous ébranlait
les sens étaient en fusion
ma bouche mordillait tes mamelons
en fière érection
tu haletais en me griffant le dos
de tes ongles pointus
le temps était à l’orage
on le sentait venir
par l’ampleur de la houle
tu soulevas brusquement le bassin
pour ensuite déposer tes jambes
sur mes épaules
moi presque à genoux
je te récitai le plus beau poème d’amour
les yeux dans les yeux
nous voguions sur l’onde houleuse
j’allais et venais entre tes cuisses
et en crescendo monta le vent
qui nous ramenait vers le rivage
et l’eau saline jaillissait de ta source
au fur et à mesure que je te prenais
puis en toi comme un éclair fulgurant
j’explosai de tout mon corps
et notre navire s’échoua sur la rive
dans un dernier soubresaut
dans un cri de joie
nos êtres furent secoués de spasmes
alors que nous étions l’un sur l’autre
à jouir du même orgasme



Langoureusement sensuelle

J’aime que ta langue douce
Au sortir de ta bouche
Amoureusement glisse
Le long de mon sexe lisse.

Et que tes lèvres humides
Sur ma tête dressée
S’entrouvrent comme un calice
Sur ma peau embuée.

De mouvements lascifs
En caresses secrètes
C’est mon sexe qui durcit
Et c’est moi qui fléchit.

Et je ne sais plus de tes lèvres,
De ta langue ou tes doigts caressants
Le où, le comment de ma fièvre,
De mes cris, de mes gémissements.

Offert comme une femme,
A toi comme un amant,
Car je sais que tu prends
Le plaisir que tu me donnes

Mon amour, mon âme
Puise encore dans mon corps
La source de ta flamme!



Envie

Envie de sentir ses lèvres contre les miennes
Amplification de cette envie
Intrusion de ma langue dans son antre
Nos deux langues se touchent, s’entremêlent
Envie de parcourir ses courbes
Merveilleusement dessinées
Avec mes lèvres, je prends soigneusement mon temps
De visiter chaque millimètre de son corps
Envie d’approfondir ce voyage
De m’introduire dans son jardin secret
Afin de lui perdre toute maîtrise d’elle même
Je le sais, elle aime cela
Elle laisse échapper de petits gémissements de plaisirs
Nous ne faisons plus qu’un maintenant
Mais cette impression de n’être qu’un seul être
N’était qu’une envie, un beau rêve…
Toujours accompagnée de cette jolie brune
Qui es-tu?
J’ai tellement envie de te connaître
Interruption de mes pensées…
Le téléphone sonne…



Quand corps dansent… concordances

Nos esprits se sont croisés, fruit d’une rencontre totalement aléatoire
Fortuite coïncidence qui s’est transformée en total délice de coordination
Joli petit noyau de cerise posé en terre fertile Nous lui avons donné à boire
À juste cadence il a germé libéré ses feuilles jusqu’à sa sublime expansion

Sans jamais n’avoir eu besoin de lui poser un tuteur, du noyau est éclose la plante
De la plante est éclos le tronc, du tronc éclose la fleur, de la fleur éclos le fruit
L’appétence de nos esprits s’est éparpillée dans notre sang de manière abondante
Inéluctable ramification, Nos âmes telles des petites perles nacrées se sont unies

Délicieux émoi en Nous s’est élevé, jour après jour notre ardeur s’est amplifiée
Dès la 1ère seconde où Nous nous sommes croisés notre adhérence était probante
Au fil du temps qui s’est écoulé Notre liaison s’est exquisément laissée goûter
Le plaisir s’est assurément confirmé et Nous a entraînés dans une danse envoûtante

Nos mots sont devenus de plus en plus succulents, nos paroles habillés de séduction
Nous nous sommes courtisés de manière enthousiasmante, charmés, invités, aimantés
Ivresse de l’âme, fougue de l’esprit, véhémence du désir, bien délectables sensations
En s’extasiant à chaque moindre seconde, se laissant pénétrer par cette fine sagacité

Nos deux âmes étaient nées pour se rencontrer elles ne pouvaient que s’accoupler
S’en est découlé une délicate volupté, nos gestes en suprême plaisir se sont animés
Notre langage s’est diversifié, notre souffle à parlé, et c’est un soupir qui nous a régalés
C’est une unique sensualité que nous avons vécue, qui ne pouvait que d’amour palabrer

mlle_cerise



Plaisir d’erotisme.

L’exotisme de ta peau embellie par le temps

M’attire vers elle et tout a coup me prend

Une envie folle de la toucher

Une folle envie de la caresser

Et soudain je suis prés de toi

Ta bouche si sensuelle me rapproche encore vers toi

Et je t’embrasse si tendrement, si passionnément

Que tout s’efface autour de nous doucement

Ta peau si peu vêtue

Me donne des envies défendues

J’ai le désir intense de voir ton corps nu

Pour déposer des baisers dessus

Tes seins doux comme de la soie

Si agréable que j’y glisse mes doigts

Je vois que tu apprécie

Alors je les embrasses à l’infini

Ton sexe à peine caché par ta toison brune

Attire ma bouche qui immédiatement se soude à cette lune

Tu pousse alors des petits cris ta respiration s’accélère

 

Tu est heureuse alors tu t’extasie de mon savoir-faire

Ma langue recherche ton clitoris

Pour que instantanément tu me prie

D’enfoncer mon sexe dans le tien

Et que ton plaisir s’accorde au mien

Alors je viens en toi doucement

Je viens et je me retire d’abord lentement

Pour que tu apprécie pleinement cet instant

Puis mon rythme change rapidement

Et tes cris de jouissance sont si beaux

Que tu doit prendre plaisir, si haut

J’accélère encore et l’orgasme arrive

Et tu te lâche entièrement comme ivre

Ces secondes de plaisir tu les aura gravé

En toi pour la vie tu ne les regrettera jamais

Tu as poursuivi cet soirée en prenant dans ta bouche délicatement

Mon sexe et tu as aimé le faire gentiment

Par la suite tu as fini par t’endormir nue

A mes cotés repue de désir absolu

J’ai continué a caresser ta peau

Car il n’y a rien de plus beau

Que de te regarder dormir

Ton visage serein de plaisir

Bonne nuit mon ange

Bonne nuit

FRAUD Florent




Pardonne moi

Pardonne-moi
Laisse-moi une autre chance
Promets-moi
Ne laisse pas les silences
Même si on y pense
Faire la différence
Parle-moi
Ce bout de ciel
Qu’on a laissé s’effacer
N’était pas la dernière danse
Qui s’est envolée.

Si demain tu t’en vas
J’irais te chercher
Je serai toujours là
Et je t’attendrai.

 

Pardonne-moi
Tous les retards
Je n’avais rien compris
Des mots et des regards
Qui ont changé nos vies.
Mes fausses illusions
Mes erreurs, mes oublis
Les mauvaises questions
Et tout c’ qu’on s’est pas dit.

 

Pardonne-moi
Et même si le monde avance
Pour une fois
On sauvera l’apparence
Comme une évidence
Une récompense
Parle-moi
Ouvrir son cœur
C’est aussi fermer les yeux
Pardonner c’est gagner à deux.
Quel que soit l’enjeu.

 



Une déclaration.

Quand je suis seule et que je peux rêver Je rêve que je suis dans tes bras
Je rêve que je te fais tout Une déclaration, ma déclaration

Quand je suis seule et que je peux inventer
Que tu es là tout près de moi
Je peux m’imaginer tout bas
Une déclaration, ma déclaration

Juste deux ou trois mots d’amour
Pour te parler de nous
Deux ou trois mots de tous les jours
C’est tout

Je ne pourrai jamais te dire tout ça
Je voudrais tant mais je n’oserai pas
J’aime mieux mettre dans ma chanson
Une déclaration, ma déclaration

Une déclaration, ma déclaration
Juste deux ou trois mots d’amour
Pour te parler de nous
Deux ou trois mots de tous les jours
C’est tout

Quand je suis seule et que je peux rêver
Je rêve que je suis dans tes bras
Je rêve que je te fais tout bas
Une déclaration, ma déclaration

Je veux des souvenirs avec toi,
Des images avec toi,
Des voyages avec toi
Je me sens bien quand tu es là
Une déclaration, ma déclaration

J’aime quand tu es triste

Et que tu ne dis rien
Je t’aime quand je te parle
Et que tu ne m’écoutes pas
Je me sens bien, quand tu es là
Une déclaration, ma déclaration

 

France Gall



123

SEXSHOP DISCOUNT |
SEXEGAYS.LE MUST DU SEXE GAY |
Amateurs de gros seins |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Jeunes et coquines
| Le passif
| Exhib Fetish MaxAlicia